Réparer le langage, je peux a reçu le Grand Prix 2021
de l’Action culturelle de la Sofia dans la catégorie Éducation
Visionnez la vidéo

16 romans collectifs en trois recueils

Et si ?


(Édition 2020) – 3 volumes

16 romans ados écrits collectivement
par 450 collégiens et lycéens de la Haute-Garonne et de la région parisienne,
sous l’égide de l’association Réparer le langage, je peux.
Laissant libre cours à leur imagination, tous ensemble, avec des écrivains de renom et leurs professeurs,
ils nous donnent à lire des romans qui leur ressemblent !

Romans collectifs des lycéens

Et si Souleymane avait le pouvoir de parler avec les souris multicolores, les jabirus au bec jaune et les ratels teigneux ?
Et si le professeur de chaudronnerie avait été assassiné par ses élèves de CAP ?
Et si les patients de la psy se voyaient tous comme un papillon incapable de sortir de sa chrysalide ?
Et si, traqué par des sicarios, Carlos s’enfuyait de sa favela de Rio pour vivre une nouvelle vie à Marseille ?
Et si le jeune boxeur de la cité prenait sa revanche sur le ring grâce à la jolie fille des beaux quartiers ?

Romans collectifs des collégiens toulousains

Et si, pour retrouver son père, Astrée la jeune Troyenne ne disposait que de quelques fragments de poteries grecques ?
Et si, fuyant le déchaînement des catastrophes naturelles, Rosa et Alvaro découvraient un paradis trop… parfait ?
Et si, avec six copains déterminés, la pollution des rivières, la chasse aux éléphants et les expériences sur les chimpanzés étaient interdites ?
Et si, en remontant le temps grâce à une machine à coudre, on pouvait changer le cours des événements ?
Et si des jumeaux séparés depuis la naissance se retrouvaient après tant d’années ?
Et s’il était possible d’imposer aux chefs d’État du monde entier de vivre dans des îlots de biodiversité ?

Romans collectifs des collégiens parisiens

Et si, le jour de ses dix-huit ans, Lucas se retrouvait nez à nez avec son pire cauchemar d’enfant ?
Et si, de Paris à l’Amazonie, grâce à une mallette pleine de billets de banque, Awa « redonnait de l’air » au poumon de la planète ?
Et si, entre tsunami, naufrage et animaux fabuleux, Cyril retrouvait sur une île perdue la trace des êtres les plus chers à son cœur ?
Et si, sombrant dans l’alcoolisme depuis qu’il est revenu de la guerre, André l’instituteur terrorisait sa femme et ses enfants ?
Et si une collégienne née à Conakry en Guinée découvrait combien il est difficile de parler le même langage entre ados de continents différents ?